Chez Édith

LE PARC JARRY ( avant / aprés )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

LE PARC JARRY ( avant / aprés )

Message par Edith le Dim 3 Nov - 9:24

Montréal retour sur l’image


Parc Jarry  8 avril 1970


Centre d’histoire de Montréal


Publié le: samedi 02 novembre 2013





PARC JARRY  (AVANT)




PARC JARRY  (APRES)






1- L’éternel retour

Codifié par un Américain à partir de très anciens jeux de balle français et anglais
le baseball devient populaire dans les années 1860. Un premier club professionnel,
le Club de Montréal, est créé en 1896. Rebaptisé Royals (ou Royaux), il gagne la
faveur des Montréalais avant de déména­ger aux États-Unis en 1917. Un groupe
d’investisseurs déçus dirigé par le ministre québécois Athanase David et le courtier
Ernest Savard achète, en 1928, une équipe de Jersey City. Les Royaux renaissent
et feront les beaux jours du stade De Lorimier jusqu’en 1960. Cette année-là, son
propriétaire, qui possède aussi les Dodgers, transfère le club dans l’État de New York.
Le maire Jean Drapeau et le conseiller municipal Gerry Snyder ne s’avouent pas vaincus.
Après des années d’efforts, ils obtiennent la première concession de baseball majeur
hors des États-Unis. Le 14 avril 1969, 29 000 personnes assistent au premier match des
Expos au parc Jarry. En 1977, c’est au tour du Stade olympique de vibrer aux cris des
amateurs. Puis, en septembre 2004, pour des questions de gros sous notamment,
la franchise quitte Montréal. S’il est vrai que l’histoire se répète, à quand le
prochain retour?





1- L’éternel retour

Codifié par un Américain à partir de très anciens jeux de balle français et anglais,
le baseball devient populaire dans les années 1860. Un premier club professionnel,
le Club de Montréal, est créé en 1896. Rebaptisé Royals (ou Royaux), il gagne la faveur
des Montréalais avant de déména­ger aux États-Unis en 1917. Un groupe d’investisseurs
déçus dirigé par le ministre québécois Athanase David et le courtier Ernest Savard achète,
en 1928, une équipe de Jersey City. Les Royaux renaissent et feront les beaux jours du
stade De Lorimier jusqu’en 1960. Cette année-là, son propriétaire, qui possède aussi
les Dodgers, transfère le club dans l’État de New York. Le maire Jean Drapeau et le
conseiller municipal Gerry Snyder ne s’avouent pas vaincus. Après des années d’efforts,
ils obtiennent la première concession de baseball majeur hors des États-Unis.
Le 14 avril 1969, 29 000 personnes assistent au premier match des Expos au parc Jarry.
En 1977, c’est au tour du Stade olympique de vibrer aux cris des amateurs. Puis, en
septembre 2004, pour des questions de gros sous notamment, la franchise quitte Montréal.
S’il est vrai que l’histoire se répète, à quand le prochain retour?

2- Le stade qui a changé l’histoire

Les Royaux sont accueillis «royalement» en avril 1928. Leur nouveau stade de 25 000 places,
à l’angle des rues Ontario et De Lorimier, l’orgueil de Montréal et du commissaire du
baseball majeur Mountain Landis. Un tableau d’affichage s’élève sur la clôture de 40 pieds
qui, malgré sa hauteur, n’empêche pas certains circuits se terminer sur la manufacture
Knit-to-Fit, de l’autre côté de la rue. De grands joueurs, tels que Duke Snyder, Don Drysdale,
Tommy Lasorda et Jackie Robinson, font vibrer la foule, mais c’est ce dernier qui marquera
l’histoire de l’Amérique du Nord. Lors de la saison 1946 dans la métropole, il devient le
premier joueur noir de la ligue majeure. Les Montréalais l’adoptent avec affection, comme
le feront ses voisins de la rue de Gaspé, contrairement à d’autres villes du continent où il
jouera. Cette année-là, les Royaux remportent la Petite Série mondiale et Robinson est porté
en triomphe. Aujourd’hui, la petite Place des Royaux et une plaque rappellent l’existence du
stade De Lorimier. Le stade fut démoli en 1965 pour laisser place, en 1971, à la
polyvalente Pierre-Dupuy.



3- Le parc Jean-Paul II ?

Qui sait que ce parc porta le nom du pape Jean-Paul II, en souvenir de sa visite de 1984?
En 1988, il a repris son nom historique de Jarry. Malgré la proximité de la rue du même nom,
le parc honore un autre «Jarry», prénommé Raoul, conseiller municipal de Villeray, qui proposa
d’utiliser cet espace à des fins publiques. Loué à compter de 1925, puis acheté en 1945, le
terrain reçoit au cours des années un chalet, un kiosque à musique, des toilettes, une pataugeuse
et une vingtaine de courts de tennis. Un tunnel est creusé sous le boulevard Saint-Laurent pour
assurer le passage des enfants. (L’étang et le poste de police n’apparaîtront que dans les années 1990.)
En 1960, la construction d’un stade amorce une nouvelle ère, faisant du parc un site sportif et
culturel d’envergure métropolitaine qui accueille notamment les Alouettes et les Expos. En 1995,
la Ville cède la gestion du stade et d’une partie du parc à Tennis Canada, qui deviendra dès lors
un animateur majeur du lieu, sous le regard vigilant d’un groupe de défenseurs de la vocation
publi­que de ce grand parc municipal.

_________________
Un Jour à La Fois
avatar
Edith
Admin

Féminin Messages : 2966
Date d'inscription : 25/02/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://leforumdeedith777.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum