Chez Édith

MAFALDA CÉLÈBRE SES 50 ANS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

MAFALDA CÉLÈBRE SES 50 ANS

Message par Edith le Jeu 30 Jan - 8:37



BD


Mafalda célèbre ses 50 ans


Publié le: jeudi 30 janvier 2014





Mafalda


Viva Mafalda! La petite héroïne anticonformiste créée par Quino en 1964 fête ses 50 ans mais
«les questions qu'elle se pose sur la société parlent encore aux lecteurs d'aujourd'hui et sa vision
reste d'une surprenante actualité», confie à l'AFP le célèbre auteur de BD argentin.

Cet anniversaire et les 60 ans de carrière de son illustre créateur sont célébrés au Festival
international de la bande dessinée d'Angoulême dans une superbe exposition qui a pour décor
l'appartement où vivent Mafalda et ses parents.

Quino livre à travers les yeux de cette fillette issue de la classe moyenne argentine sa propre
réflexion contestataire sur le monde. Mafalda n'aime pas la soupe et critique la gestion de la
planète par les adultes, très concernée par les problèmes économiques et sociaux, les inégalités,
l'injustice, la corruption, la guerre, l'environnement...

«Des expositions sont aussi prévues cette année en Argentine, en Italie, en Espagne, au Canada
ou au Mexique», précise le scénariste et dessinateur de 81 ans dans un entretien à l'AFP par
courriel depuis Madrid, où il réside une partie de l'année. Il habite le reste du temps à
Buenos Aires et n'a pu venir à Angoulême pour raisons de santé.



Problématiques contemporaines

«Cela me surprend de voir que mes dessins réalisés il y a 40 ou 50 ans correspondent à
des problématiques contemporaines. Ainsi, l'an dernier, des épisodes de Mafalda sont sortis
en Italie, déclinés par thème, politique, économie... Et c'était incroyable comme des dessins
semblaient faire directement référence à la campagne de Berlusconi!», relève Quino, de son vrai
nom Joaquin Salvador Lavado Tejon, né le 17 juillet 1932 à Mendoza
(ouest de l'Argentine) de parents andalous.

Dès son premier recueil, Mundo Quino, en 1963, il est considéré comme l'un des meilleurs
humoristes-graphistes de son pays. Mais c'est sa petite héroïne brune au noeud rouge dans les
cheveux qui le fait connaître dans le monde entier à partir de 1964. Il avait esquissé le personnage
un peu plus tôt... dans une publicité pour de l'électroménager.



Mafalda sera l'unique série de Quino.

«Mafalda n'a été qu'une parenthèse dans mes soixante années de carrière», dit-il.
«Quand je l'ai créée, cela faisait onze ans que je publiais des dessins humoristiques et j'ai
continué après avoir mis un terme à ses aventures en 1973», explique Quino, qui s'était exilé à
Milan après le coup d'état militaire de 1976. «C'est mon pire souvenir, être loin de mon pays,
de ma jeunesse», avoue-t-il.

«J'ai arrêté Mafalda par lassitude de dessiner toujours les mêmes personnages. Et puis, ma femme
en avait assez de ne jamais pouvoir aller au cinéma, recevoir des amis parce que je travaillais
sur la BD», s'amuse-t-il. Il a depuis bâti une oeuvre pleine d'humour et de poésie,
sans héros récurrent.

«Je n'avais jamais imaginé poursuivre Mafalda pendant une décennie. Ni surtout qu'elle survivrait
jusqu'à nos jours», assure-t-il avec modestie. Les albums n'ont cessé d'être réédités dans le monde.
En France, Glénat ressort une Intégrale Mafalda, lance une collection jeunesse, La petite philo de
Mafalda et publiera Quino, 60 ans d'humour en mars.
«L’humour est universel»

L'auteur s'étonne-t-il de sa consécration internationale? «L'humour est universel. Je ne crois pas qu'il
puisse changer le monde, mais ça aide. C'est le petit grain de sable qu'on peut apporter pour tenter
de modifier les choses... Les thèmes de Mafalda sont aussi universels. En Chine, en Finlande ou en
Amérique latine, les problèmes des rapports parents/enfants sont les mêmes.
Bon, peut-être pas en Chine avec l'enfant unique», plaisante-t-il.

On dit que Mafalda est l'Argentine la plus célèbre du XXe siècle: «c'est dans mon pays qu'elle est la
plus connue et la plus vendue mais aussi au Mexique, en Espagne, en Italie...».

Mafalda est aussi souvent considérée comme une petite soeur des Peanuts. «C'est un peu un mélange
de Blondie et des Peanuts. Mais Charlie Brown vit dans un monde enfantin. Mafalda, elle, vit un dialogue
permanent avec le monde hostile des adultes».

Quino ne dessine presque plus, ses yeux sont trop fragiles. Lui qui rêvait de changer le monde,
veut encore croire à un avenir meilleur: «c'est une nécessité, même si, dans le fond, nous savons
que tout continuera comme avant...»



_________________
Un Jour à La Fois
avatar
Edith
Admin

Féminin Messages : 2966
Date d'inscription : 25/02/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://leforumdeedith777.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum